Arthur H illustré par Christophe Blain

Non content d’être le plus important festival de BD en Europe, Angoulême est aussi un immense défricheur de talents qui propose depuis quelques années un concept original : les concerts illustrés. Une avant-première avait lieu la semaine dernière à Paris, un évènement à ne rater sous aucun prétexte puisqu’il mettait en scène mon chouchou, Christophe Blain, en compagnie de Arthur H.

A ma droite, Christophe Blain. Découvert dans les Donjons Potron-Minet, adoré dans Isaac le Pirate et même encore un peu plus dans les trois tomes de Gus, Blain est devenu sans aucun doute le meilleur dessinateur de sa génération. Blain aime les histoires de cowboys pas comme les autres, les attaques de diligences, les saloons et les femmes. Son style est vif, riche et couleurs fauves.

A ma gauche, Arthur H. « Le H d’Higelin en héritage paternel, de solides racines musicales, un voix rocailleuse taillée pour ses humeurs parfois sombres… » Dans le jeu des 7 familles de la chanson française illustré par Dupuy & Berberian, Arthur H est le petit fils de Gainsbourg, le neveu d’Alain Bashung et le cousin de Thomas Fersen. Il aime la poésie décalée et les chansons qui racontent des histoires. Son style conjugue le blues, le jazz et le goût du merveilleux.

Chacun affairé sur son instrument, d’un bout à l’autre de la scène, le spectacle se situe plutôt sur le mur du fond, où la main de Christophe Blain dessine en direct autant de tableaux que de chansons jouées au piano où à la guitare solo. Un portrait du chanteur en costume du XIXeme, un cosmonaute évoluant sur un corps nu, une robe rouge évoquant Marilyn, un cowboy avec les colts dehors… La rencontre des deux univers semble évidente mais ce qui fascine véritablement, c’est de voir le dessinateur à l’œuvre, les pinceaux utilisés, la fluidité du trait, la lumière, les couleurs, l’acuité du regard, la mélodie des mots, les détails ; l’occasion est bien trop rare, et la complicité entre les deux auteurs véritable. J’en ai d’ailleurs profité pour prendre quelques clichés.

Heureusement deux autres rencontres de ce type auront lieu à Angoulême: Arno illustré par Nix et Johan de Moor, Rodolphe Burger illustré par Dupuy & Berberian. Détail et programmation sur le site du festival.

Tagged with:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>